All news

Les Nabis sous influence japonaise

Exposition jusqu'au 30 juin 2019

Les Nabis sous influence japonaise

Les Nabis sous influence japonaise

Published at 05 June 2019
Aucun témoignage ne permet de dater avec précision le début de l’intérêt des Nabis pour l’art japonais mais la plupart d’entre eux ont découvert les estampes de l’ukiyo-e (« image du monde flottant ») en visitant l’«Exposition de la gravure japonaise » organisée à l’École des beaux-arts de Paris au printemps 1890.

Ils commencent alors à collectionner des estampes, qu’ils épinglent sur les murs de leurs ateliers. Le génie japonais est particulièrement admiré pour sa capacité à simplifier les formes, pour son amour des couleurs vives, sa façon de fixer des impressions fugitives et sa fantaisie décorative.
L’engouement pour l’art du Japon, appelé japonisme, a une influence considérable sur le renouveau des arts appliqués.

À partir de 1888, Siegfried Bing publie Le Japon artistique, une revue luxueusement illustrée, destinée à faire connaître les techniques traditionnelles japonaises et les grands artistes.

Comme les Japonais, les Nabis voulaient se libérer de l’imitation de la nature tout en célébrant son pouvoir d’évocation poétique.

Tous s’essayèrent à la pratique de l’estampe, qui connut alors une véritable renaissance en France.

Si Bonnard et Vuillard privilégièrent le format des kakémonos et transposèrent l’aspect texturé des crépons au travail de la couleur, Denis, Ranson et Vallotton préférèrent explorer les ressources de l’aplat et de l’arabesque.

 

 

 

Découvrez les oeuvres inspirées par l'art japonais dans l'exposition Les Nabis et le décor au Musée du Luxembourg jusqu'au 30 juin 2019

Réservez votre billet